Comment soulager l’essoufflement et la dyspnée? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Bien que l’essoufflement soit une réaction normale après un effort, il peut être inconfortable et pénible à vivre dans certains cas. Fort heureusement, lorsqu’il ne découle pas d’une affection chronique, l’essoufflement peut être soulagé efficacement.

Cet article s’intéresse dans un premier temps aux symptômes et causes de l’essoufflement. Dans un second temps, il abordera les solutions pour soulager l’essoufflement, que celles-ci relèvent des soins médicamenteux ou des techniques thérapeutiques, spécialisées ou à faire soi-même. Voici un guide complet des soins et pratiques pour soulager l’essoufflement ou dyspnée.

Comment soulager l'essoufflement et la dyspnée? Les solutions

L’essoufflement ou dyspnée, c’est quoi ?

Dans le jargon médical, l’essoufflement est plus connu sous l’appellation « dyspnée ». Il se traduit par une difficulté à respirer tout en provoquant une angoisse. L’essoufflement est une sensation bien connue impliquant une gêne respiratoire désagréable ainsi que de l’inconfort, voire de la souffrance. L’essoufflement survient lorsque l’organisme demande plus d’oxygène que d’habitude durant une respiration normale. Le rythme respiratoire augmente ainsi de manière systématique puisque la personne ressent un manque d’air pour respirer convenablement. Or, la respiration doit rester un geste naturel et automatique, tout comme les battements du cœur. Ainsi, l’essoufflement peut s’expliquer par la présence d’un trouble dans la chaîne de transport de l’oxygène, de la bouche jusqu’aux cellules musculaires.

L’essoufflement se manifeste également lorsqu’une personne a du mal à aspirer suffisamment d’air dans ses poumons. Cet état d’essoufflement se manifeste de deux manières : par une forme légère et une forme sévère. Des études ont démontré que la façon dont vous vous essoufflez ne correspond pas toujours à la façon dont vous laissez pénétrer l’air dans vos poumons. Par conséquent, il apparaît que le fonctionnement des poumons n’est pas uniquement en cause dans la façon dont une personne se sent à bout de souffle.

Des habitudes respiratoires qui sont perturbées peuvent ainsi vous faire sentir plus essoufflé. Une fois que vous êtes essoufflé, vous avez l’impression de manquer quasiment d’air et en recherchez beaucoup plus. Vous commencez donc à aspirer encore plus d’air pour vos poumons, ou à respirer plus rapidement. Pourtant, cette façon de respirer vous empêche de prendre le temps de vider complètement vos poumons lorsque vous expirez. Cela signifie que vous utilisez davantage la partie supérieure de votre poitrine pour la respiration au lieu de solliciter la totalité de vos poumons. Une telle respiration requiert un effort considérable, et vos muscles se fatiguent plus rapidement. Ainsi, vous vous sentirez encore plus à bout de souffle.

Il existe aujourd’hui des techniques de respiration simples, que vous pouvez réaliser au quotidien afin de respirer plus efficacement, et ainsi contrôler votre respiration. Si vous pratiquez ces techniques au quotidien, elles vous aideront lorsque vous êtes en action ou si vous vous sentez soudainement pris par un essoufflement.

Les manifestations et les conséquences du manque de souffle

L’essoufflement n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un symptôme au même titre que la toux ou les douleurs. Plusieurs troubles au niveau de l’appareil respiratoire, la pompe cardiaque ou les muscles périphériques peuvent être à l’origine d’un tel dysfonctionnement de la respiration. Les personnes qui manquent de souffle affichent souvent les symptômes comme l’anxiété, la peur, la nervosité, un sentiment de panique, et surtout un souffle très court. Parmi ces symptômes, il faut pouvoir différencier ceux d’une dyspnée aiguë et ceux d’une dyspnée ancienne. Ainsi, la dyspnée aiguë témoigne d’une pathologie évolutive, tandis que la dyspnée ancienne accompagne le plus souvent une maladie chronique. A noter que l’évolution de la dyspnée ancienne se fait de manière progressive sur plusieurs années.

Lors d’un essoufflement, la respiration devient moins profonde, mais plus rapide. Les muscles du corps deviennent tendus, amenant ainsi la personne à être nerveuse à l’idée de bouger. La peur de ne pas pouvoir respirer aggrave également le phénomène d’essoufflement. Nous verrons d’ailleurs plus bas les différents facteurs à l’origine de cet essoufflement.

Un essoufflement se manifeste de plusieurs manières, en fonction du cas de la personne. Les réactions de la personne essoufflée peuvent varier selon son mode de vie, son âge, ses activités physiques habituelles, ou encore ses contraintes personnelles. Un essoufflement causé par une escalade en montagne ne sera pas interprété de la même manière que celui engendré par des efforts minimes comme le fait de manger ou s’habiller. De la même façon, les répercussions d’une course ou d’une danse chez une personne de 25 ans ne seront pas les mêmes que celles chez une personne âgée de 60 ans.

Par ailleurs, si l’essoufflement se manifeste de façon brutale, il est préférable d’appeler les secours. En effet, il pourrait s’agir d’une crise cardiaque ou d’une embolie pulmonaire. Dans de tels cas, l’essoufflement s’accompagne généralement :

• d’un malaise

• d’un gonflement au niveau des pieds ou des chevilles

• d’une difficulté respiratoire lorsque la personne est en position allongée

• d’une forte fièvre et d’une toux

• des lèvres ou du bout des doigts qui virent au bleu

• d’un sifflement permanent qui accompagne la respiration

• d’une aggravation soudaine d’un symptôme

Enfin, les conséquences de l’essoufflement lui-même peuvent limiter les mouvements et les déplacements de la personne. Ce trouble respiratoire rend difficiles les activités les plus courantes comme le fait de monter les escaliers, faire le ménage, mettre ses chaussures ou encore acheter ses provisions.

Les principales causes de l’essoufflement

Certaines personnes peuvent ressentir un essoufflement soudain, et ce, durant une courte période. D’autres en font l’expérience plus régulièrement dans une journée. Il y a celles qui sont sujettes à un essoufflement complètement imprévu dès que leur supérieur hiérarchique leur impose une tâche inhabituelle au travail. Il y en a également d’autres qui se sentent littéralement étouffées rien qu’à l’idée de prendre la parole. Autant de facteurs peuvent engendrer un essoufflement dont la manifestation diffère d’une personne à l’autre.

Il faut savoir que cet essoufflement peut se manifester suite à une cause commune, ou peut être le résultat d’une affection sous-jacente plus grave. L’essoufflement qui se produit soudainement peut signifier que la personne a besoin d’un traitement d’urgence. Afin de soulager votre essoufflement, ou aider une personne dans une situation de dyspnée, apprenez quelles sont les différentes causes qui sont à l’origine de ce trouble de la respiration.

Les causes communes

L’essoufflement qui se produit de temps à autre peut être causé par :

• un état de surpoids

• un mode de vie nocif, notamment chez le fumeur

• des allergènes ou des agents polluants dans l’air

• des températures extrêmes

• un séjour difficilement supporté en haute altitude

• un exercice physique soutenu et pratiqué de manière intense

• une anxiété passagère

• un état de stress momentané…

Les conditions sous-jacentes

Un essoufflement qui se manifeste de façon régulière peut être causé par une affection plus grave, affectant directement le cœur ou les poumons. Il s’agit en effet des principaux organes qui véhiculent l’oxygène dans le corps et éliminent le dioxyde de carbone. Par conséquent, les conditions qui affectent leur fonctionnement peuvent influer sur la respiration d’une personne. Parmi ces conditions sous-jacentes qui affectent le cœur et les poumons, créant l’essoufflement, figurent :

• les pathologies respiratoires comme l’asthme, les pneumopathies, l’embolie pulmonaire, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), la pleurésie, la tuberculose, la fibrose pulmonaire idiopathique, la mucoviscidose…

• les pathologies cardiaques comme l’insuffisance cardiaque, la sténose aortique, l’hypertension artérielle pulmonaire, l’hypotension…

• les maladies rares comme le syndrome de Guillain-Barré, la myasthénie

• le cancer du poumon

• l’anémie…

Les causes aiguës

Il existe enfin certaines causes d’essoufflement aigu ou brusque, nécessitant une prise en charge médicale d’urgence. On peut notamment citer :

• une réaction allergique éprouvante

• un étouffement sévère

• un arrêt cardiaque

• une attaque cardiaque

• une hypertrophie au niveau du cœur

• un caillot de sang présent dans les poumons

• une pneumonie

• un empoisonnement au monoxyde de carbone

• un corps étranger inhalé dans les poumons…

Quand consulter un médecin ?

Certaines personnes souffrent régulièrement d’un léger essoufflement sans savoir la cause exacte. Mais si un médecin traitant a déjà diagnostiqué sa cause, vous pouvez essayer l’un des traitements à domicile détaillés plus bas. Par contre, lorsqu’une personne souffre d’un essoufflement impromptu pour la première fois, sans en savoir la cause, elle doit immédiatement en parler à son médecin. Ce dernier pourra alors réaliser un diagnostic précis de la dyspnée.

Dans certains cas précis, l’essoufflement doit faire l’objet d’un examen médical immédiat. Ainsi, la consultation d’urgence d’un professionnel de santé est impérative si :

• vous manifestez un essoufflement soudain et sévère,

• ou ressentez une oppression ou une douleur persistante au niveau de votre poitrine, vous empêchant de respirer normalement.

Les thérapies et pratiques simples pour retrouver son souffle

Lorsque les gens reconnaissent les causes de leur essoufflement, et que celui-ci ne relève pas d’une urgence médicale, il est tout à fait normal d’essayer de le traiter soi-même. Les exercices suivants peuvent alors vous aider à soulager vous-même un moment d’essoufflement.

Une respiration profonde

Lorsque vous contrôlez votre respiration, cela signifie que vous respirez doucement, en utilisant le moins d’effort possible. Cette technique vous aidera lorsque vous serez essoufflé ou dans un état anxieux. Ce type de respiration est couramment utilisé en matière de yoga. Pour vous habituer au contrôle de la respiration, commencez par vous entrainer en position assise et détendue. Le contrôle de la respiration consiste donc à utiliser au mieux votre muscle respiratoire principal, qui est le diaphragme. L’accent est mis sur la réduction de la tension, en utilisant les muscles de votre épaule et de votre cou, afin de vous mettre dans la meilleure position pour respirer facilement. Votre diaphragme se contracte lorsque vous respirez, tirant ainsi les poumons vers le bas, tout en les étirant et les dilatant. Il se détend, en position de dôme, lorsque vous expirez, réduisant ainsi la quantité d’air dans vos poumons.

Respirer profondément à travers l’abdomen peut également aider quelqu’un à gérer son essoufflement. Pour ce faire, vous devez :

• vous coucher et mettre vos mains sur l’abdomen ;

• inspirer profondément par le nez, en élargissant votre abdomen et en laissant les poumons se remplir d’air ;

• retenir votre souffle pendant quelques secondes ;

• expirer lentement par la bouche, vidant ainsi vos poumons ;

• répéter ce processus pendant 5 à 10 minutes.

Cet exercice peut être fait à plusieurs reprises dans la journée, ou aussi souvent que la personne éprouve un essoufflement. Il est ainsi préférable de continuer à respirer lentement et en profondeur, plutôt que d’essayer d’aspirer rapidement de l’air.

Une respiration à lèvres pincées

Un autre exercice de respiration qui peut vous aider à soulager l’essoufflement est la respiration à lèvres pincées. Cette technique aide à réduire l’essoufflement en ralentissant votre rythme de respiration. Elle est particulièrement utile si votre essoufflement est causé par une anxiété. Afin de respirer à lèvres pincées, vous devez :

• vous asseoir droit sur une chaise avec les épaules détendues ;

• presser vos lèvres ensemble, tout en gardant au milieu d’elles un léger écart ;

• inspirer par le nez pendant quelques secondes ;

• expirer doucement à travers vos lèvres pincées ;

• continuer à inspirer et expirer de cette façon pendant 10 minutes.

La respiration à lèvres pincées est reconnue dans le domaine médical comme une stratégie spontanée d’adaptation ventilatoire. Vous pouvez essayer cet exercice autant que nécessaire en le répétant tout au long de la journée, jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

Une position confortable et soutenue

Trouver une position confortable et soutenue, en se tenant debout ou allongée, peut vous aider à vous détendre et à reprendre votre souffle. Si l’essoufflement est causé par l’anxiété ou un effort excessif quelconque, cette technique est particulièrement utile. Les positions du corps signalées ci-après peuvent réduire la pression sur vos voies respiratoires et améliorer considérablement votre respiration :

• s’asseoir en avant sur une chaise, de préférence avec la tête soutenue par une table ;

• s’appuyer contre un mur pour soutenir votre dos ;

• se mettre debout avec vos mains appuyées sur une table, afin d’alléger vos pieds ;

• s’allonger avec votre tête et vos genoux soutenus par des oreillers.

De même, vous pouvez vous tenir appuyé vers l’arrière ou sur le côté, contre un mur. Placez vos pieds en position légèrement écartée, à environ 30 cm du mur. Détendez vos mains, ou si vous préférez, reposez-les en insérant vos pouces dans vos passants de ceinture, ou sur la bandoulière de votre sac à main.

Cette posture peut être utile pour la plupart des personnes qui sont atteintes d’une affection pulmonaire. À noter que d’autres positions du corps y sont associées, selon que vous souffriez d’une maladie pulmonaire obstructive ou restrictive.

L’utilisation d’un ventilateur portatif

Les études menées sur des personnes atteintes d’essoufflement ont démontré que l’utilisation d’un ventilateur portatif permettrait de réduire leur trouble respiratoire. Ressentir la pression de l’air lors d’une aspiration leur donnerait l’impression que plus d’air pénètre dans leur corps. Le traitement s’est ainsi révélé efficace pour réduire la sensation d’essoufflement.

Toutefois, les chercheurs ont constaté que l’utilisation d’un ventilateur n’améliorait pas les symptômes lorsque l’essoufflement était causé par une affection sous-jacente.

L’inhalation de vapeur

L’inhalation de vapeur peut également garder vos voies nasales dégagées, pour une meilleure respiration. La chaleur et l’humidité de la vapeur peuvent également dégrader le mucus dans vos poumons, ce qui pourrait également réduire votre essoufflement. Vous pouvez réaliser l’inhalation de vapeur chez vous, en suivant quelques étapes simples :

• remplir un bol avec de l’eau très chaude ;

• y verser quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée ou d’eucalyptus ;

• se recouvrir d’une serviette sur la tête afin de canaliser les vapeurs en direction du visage ;

• diriger lentement le visage à quelques centimètres au-dessus du bol ;

• respirer en inhalant profondément la vapeur.

Assurez-vous cependant que l’eau soit légèrement refroidie si elle vient de bouillir. Une vapeur trop chaude pourrait en effet brûler la peau de votre visage.

La prise de café noir

Le café peut être utilisé comme un remède maison afin de traiter l’essoufflement. Boire du café noir s’avère efficace, puisque la caféine a pour effet de réduire la fatigue des muscles au niveau des voies respiratoires. Certaines recherches ont révélé que les effets de la caféine amélioreraient légèrement le fonctionnement des voies respiratoires, en particulier chez les personnes asthmatiques. Cette option est parfois suffisante pour leur permettre de respirer plus facilement.

Par ailleurs, il est important de vous rappeler que boire trop de café peut augmenter votre rythme cardiaque. Il est ainsi préférable de surveiller votre consommation de caféine lorsque vous essayez ce traitement, afin de vous assurer que vous n’en buvez pas trop en l’espace d’une journée.

La consommation de gingembre frais

D’après certaines études, le gingembre serait efficace dans la lutte contre le virus respiratoire syncytial (RSV). Celui-ci est en effet la cause la plus fréquente des infections respiratoires chez les jeunes enfants.

Manger du gingembre frais, ou en ajouter dans de l’eau chaude pour en faire votre boisson aiderait à réduire l’essoufflement causé par une infection respiratoire. Cependant, n’en consommez pas trop, au risque de faire apparaître certains effets secondaires indésirables comme les brûlures et maux d’estomac, les gaz et ballonnements, la diarrhée ou encore les nausées.

Les techniques de relaxation

La relaxation de votre corps doit s’associer à celle de votre esprit. Se relaxer reste une solution efficace pour venir à bout d’un essoufflement, surtout si l’anxiété est à son origine. Une fois que vous êtes détendu, vous pouvez essayer de vous focaliser sur des pensées agréables. Créez une image de bonheur, de paix et de quiétude dans votre esprit jusqu’à ce que votre respiration redevienne normale. Vous pouvez écouter de la musique zen pour vous aider à vous détendre lorsque l’essoufflement persiste.

Les médicaments

Les médicaments sont également courants pour soulager l’essoufflement, notamment si la cause est sous-jacente. Il s’agit notamment des anxiolytiques, des bronchodilatateurs, des antibiotiques pour les pneumonies, des anticoagulants contre les caillots sanguins, etc. On recense également les corticostéroïdes, les diurétiques ainsi que des médicaments prescrits contre les troubles cardiaques. Certains de ces traitements sont inhalés sous forme de fines gouttelettes via un nébuliseur. D’autres sont administrés par voie orale ou par voie intraveineuse.

Changement de style de vie pour soulager l’essoufflement ?

Selon la cause de votre essoufflement, vous êtes en mesure d’apporter vous-même des changements à votre mode de vie afin d’améliorer les symptômes. La pratique d’un exercice physique figure parmi les meilleures solutions pour vous aider à améliorer votre respiration et soulager rapidement votre essoufflement. Mais d’autres changements majeurs peuvent également s’opérer dans votre style de vie, notamment :

• perdre du poids, en particulier si votre surpoids est lié à des problèmes respiratoires

• éviter de faire des exercices physiques en période de forte chaleur ou à haute altitude

• arrêter de fumer et éviter la fumée passive

• éviter de s’exposer aux allergènes et aux polluants

• respecter les plans de traitement des affections sous-jacentes suivant les prescrit par le médecin traitant.

• répartir les activités en plusieurs étapes afin de disposer du temps nécessaire pour les réaliser

• mieux communiquer en partageant vos sentiments à vos proches ou à vos amis, afin de ne pas rester anxieux et craintif en permanence

• être actif afin de maintenir un rythme respiratoire régulier

• changer la façon de manger en choisissant de mastiquer lentement les aliments, ou en intégrant des boissons nutritives dans vos habitudes alimentaires

Conclusion

Si la dyspnée persiste malgré une prise en charge et un traitement bien équilibré, il existe de nombreux programmes pour soulager l’essoufflement. Ceux-ci concernent l’optimisation des traitements médicaux, le sevrage tabagique, le réentraînement du corps à l’effort, l’approche thérapeutique comme la kinésithérapie, la diététique, le support psychologique et social, etc. Nous vous rappelons qu’il est fortement recommandé de consulter votre médecin afin de diagnostiquer la cause exacte de votre essoufflement, notamment si celui-ci persiste.

Blog